A paraître le 22 octobre 2012

Brahms & Berg: Concertos pour violon

Renaud Capçon Orchestre Philharmonique de Vienne Daniel Harding - 1970

Une double première avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne.

Fidèle à son désir de mettre en miroir des œuvres a priori très différentes, Renaud Capuçon confronte l’incandescence romantique du Concerto en ré majeur de Brahms avec le modernisme poignant du Concerto écrit « À la mémoire d’un ange » de Berg.

Il exauce ici un rêve de longue date: jouer avec l’orchestre Philharmonique de Vienne. A ce rêve exaucé s’ajoute un une émotion particulière: c’est en effet la première fois qu’est publié un enregistrement du Concerto de Berg avec l’Orchestre Philharmonique de Vienne, pourtant dédicataire et créateur de l’oeuvre en octobre 1936. Une belle première pour le violoniste français!

Share


Audio

Johannes Brahms (1833-1897)

Violin Concerto in D major Op. 77

en ré majeur . D-Dur

01 / Allegro non troppo    22:23

cadenza: Fritz Kreisler

02 / Adagio    9:34
03 / Allegro giocoso, ma non troppo vivace    7:54

 

Alban Berg (1885-1935)
Concerto for Violin and Orchestra “To the memory of an angel”

“À la mémoire d’un ange” . “Dem Andenken eines Engels”

04 / Andante • Allegretto    11:22

05 / Allegro • Adagio    16:01

Video

lire plus

“Aux traditionnels trois B de la musique allemande – Bach, Beethoven, Brahms –, j’ajouterais volon tiers le viennois Alban Berg, auteur du grand concerto pour violon du XXe siècle.
Lorsqu’en 1997, j’ai abordé au concert les concertos de Brahms et de Berg, j’ai pu bénéficier à Berlin des conseils de Thomas Brandis pour Brahms, et de ceux de Claudio Abbado pour Berg. Ces œuvres ne m’ont depuis jamais quitté et pas une saison ne s’est écoulée sans que j’y revienne.

C’est naturellement un privilège d’avoir pu enregistrer ces deux concertos en compagnie des incomparables Wiener Philharmoniker. Tout au long de ces séances d’enregistrement, nous avons pu mesurer, avec Daniel Harding, le véritable sens du mot « tradition ».

La tradition à Vienne, ville merveilleuse, et d’une richesse culturelle unique, est affaire de passé, de présent et d’avenir ; il ne s’agit nulle ment de la répétition stérile des gestes du passé, mais de rendre ce passé vivant, présent, pal pable, et éclairant pour l’avenir. Nous avons pu éprou ver combien la sonorité lumineuse et inimi table de cet orchestre était non seulement le résul tat de l’excellence de ses musiciens, mais également la perpétuation du souffle des grandes figures musi cales qui depuis Haydn et Mozart y ont trouvé refuge.

J’ai voulu dédier cet enregistrement à la mémoire du grand violoniste français Christian Ferras, qui grava pour Decca en 1954 un légen daire enregistrement du concerto de Brahms avec le même orchestre, sous la direction de Carl Schuricht.”

Renaud Capuçon

Download

Command

1 CD Full

STD : 5099960265326

Digipack: 5099997339625

Digital : 5099960265357

Mastered for Itunes : 5099962455152

HD: 5099940469850

Johannes Brahms (1833-1897)

Violin Concerto in D major Op. 77

en ré majeur . D-Dur

01 / Allegro non troppo    22:23

cadenza: Fritz Kreisler

02 / Adagio    9:34
03 / Allegro giocoso, ma non troppo vivace    7:54

 

Alban Berg (1885-1935)
Concerto for Violin and Orchestra “To the memory of an angel”

“À la mémoire d’un ange” . “Dem Andenken eines Engels”

04 / Andante • Allegretto    11:22

05 / Allegro • Adagio    16:01

“Aux traditionnels trois B de la musique allemande – Bach, Beethoven, Brahms –, j’ajouterais volon tiers le viennois Alban Berg, auteur du grand concerto pour violon du XXe siècle.
Lorsqu’en 1997, j’ai abordé au concert les concertos de Brahms et de Berg, j’ai pu bénéficier à Berlin des conseils de Thomas Brandis pour Brahms, et de ceux de Claudio Abbado pour Berg. Ces œuvres ne m’ont depuis jamais quitté et pas une saison ne s’est écoulée sans que j’y revienne.

C’est naturellement un privilège d’avoir pu enregistrer ces deux concertos en compagnie des incomparables Wiener Philharmoniker. Tout au long de ces séances d’enregistrement, nous avons pu mesurer, avec Daniel Harding, le véritable sens du mot « tradition ».

La tradition à Vienne, ville merveilleuse, et d’une richesse culturelle unique, est affaire de passé, de présent et d’avenir ; il ne s’agit nulle ment de la répétition stérile des gestes du passé, mais de rendre ce passé vivant, présent, pal pable, et éclairant pour l’avenir. Nous avons pu éprou ver combien la sonorité lumineuse et inimi table de cet orchestre était non seulement le résul tat de l’excellence de ses musiciens, mais également la perpétuation du souffle des grandes figures musi cales qui depuis Haydn et Mozart y ont trouvé refuge.

J’ai voulu dédier cet enregistrement à la mémoire du grand violoniste français Christian Ferras, qui grava pour Decca en 1954 un légen daire enregistrement du concerto de Brahms avec le même orchestre, sous la direction de Carl Schuricht.”

Renaud Capuçon


facebooklikebutton.co